Etudiant : bien écrire son mémoire  0

La fin d’année approche et vous devez rédiger un mémoire de fin d’études ? Pris de court par l’ampleur du travail à fournir, vous ne savez ni par où commencer, ni quel style rédactionnel adopter et vous restez seul face à une page blanche ? Trouver une problématique ou un plan s’avère compliqué ? Pas de panique voici quelques pistes pour rédiger efficacement.

 Définissez votre sujet

Qu’il soit imposé ou choisi délibérément, le sujet de votre mémoire constitue le socle de votre réflexion. Il est très important de bien en définir chaque mot, d’en chercher le sens littéral mais également figuré ou étymologique. Le jury appréciera ce travail de fond d’autant plus qu’il vous aura permis d’orienter correctement vos recherches documentaires et d’établir une problématique intéressante.

 Dégagez une problématique

Construire une problématique, c’est en fait interroger le sujet. Loin d’être une simple question où la réponse se résumerai par un « oui ou un « non », la problématique doit poser débat, elle doit se prêter à discussion, susciter un raisonnement et amener d’autres questions. Votre travail préalable de définition vous permettra d’y voir plus clair parmi toutes les pistes de développement possibles. L’objectif est de créer autour de votre sujet un espace de discussion, qui montrera que vous avez conscience de la complexité du sujet et de la diversité de ses approches.

 Organisez-vous – bâtissez un plan

Après des mois de recherche, il est temps de trier efficacement vos contenus. Établissez une grille de travail en vous posant les bonnes questions. En fonction du sujet, plusieurs regroupements peuvent être pertinents : par sources documentaires, par date, par mots-clés, par volume, documents plutôt pour, plutôt contre, etc. Ce tri doit vous permettre de dégager des thèmes principaux qui devront être en lien avec votre problématique pour pouvoir vous aider à bâtir un plan.

N’hésitez pas à écarter les documents trop évasifs, sans rapports avec votre sujet ou dont vous ne maîtrisez pas le sens exact. Mieux vaut avoir moins d’informations mais pertinentes que d’en avoir trop et risquer le hors sujet.

Choisissez les 2 ou 3 thèmes qui vous paraissent les plus importants et essayez de leur donner une suite logique. Voyez comment ils se rapportent au sujet et comment ils peuvent répondre à votre problématique.

 Rédigez l’introduction et la conclusion

Rédiger le début et la fin de votre réflexion en même temps vous permettra de ne pas vous perdre en chemin. Vous partez d’un problème et vous le solutionnez dans la foulée. En fixant l’objectif à atteindre vous pourrez en permanence vous questionner sur la pertinence de l’argument que vous êtes en train de développer vous permettant ainsi de séparer le bon grain de l’ivraie.

  • L’introduction doit comporter :

–  une approche :

C’est une entrée en matière qui situe le sujet, elle peut être à dominante littéraire, historique, artistique, sociologique… Vous pourrez également vous servir de votre travail de définition pour introduire votre sujet. Vous devrez le reformuler tout en conservant les mots-clés.

une problématique ou une explicitation du sujet :

Il s’agit de montrer au correcteur que vous avez compris le sujet. Que vous êtes en capacité de le mettre en perspective par rapport à l’actualité, aux thèses défendues par les spécialistes ou encore à son évolution à travers l’histoire.

– l’annonce du plan :

Elle permet au lecteur d’identifier facilement les étapes de votre réflexion, de repérer les thèmes principaux qui seront abordés et dans quels ordres. La présentation peut se faire sous forme de questions.

  • La conclusion doit comporter :

– Une synthèse de votre réflexion

Il s’agit de résumer votre développement en 2/3 idées clés.  Vous devrez également solutionner votre problématique, de préférence de manière nuancée.

Un élargissement

Il s’agit de monter au jury que vous êtes en capacité de raisonner plus loin que le sujet. L’élargissement consiste en une nouvelle orientation de la pensée, une nouvelle piste doit être proposée. Il peut consister en une question ou une citation par exemple.

Du point de vue de la forme, veillez à ce que l’introduction et la conclusion soient de même longueur. Ces éléments sont structurants de votre pensée et ne doivent pas être négligés. En effet, un correcteur pressé s’appuiera essentiellement sur ces paragraphes et sur votre plan pour évaluer votre travail. Vous devrez donc apporter un soin tout particulier à leur rédaction.

 Soyez concret dans le développement

Les différentes parties de votre mémoire devront être équilibrées et découpées en sous-parties équivalentes. Il faudra vous appuyer sur vos documents en dégageant une réflexion personnelle. Veillez à faire des phrases courtes et à étayer votre argumentation d’exemples concrets. C’est le cœur de votre mémoire et il doit être original et intéressant.

Soyez précis et évitez les approximations, chaque argument doit être prouvé et apporter un plus. Vous ne devez jamais perdre de vue l’objectif que vous avez exposé dans votre conclusion.

 Prenez soin de la forme

Ce document de fin d’études vient couronner votre année, il est le reflet de ce que vous êtes et de ce que vous appris au cours de votre cursus. La forme a donc autant d’importance que le fond. Vous ne devez négliger ni l’orthographe, ni le style rédactionnel, ni les conventions typographiques.

Quelques principes fondamentaux :

  • L’orthographe doit être irréprochable
  • Chaque partie ou sous-partie doit être nommée
  • Chaque partie doit comporter une introduction, un développement et une conclusion
  • Les titres doivent être uniformes, reconnaissables et structurants
  • Les paragraphes ne doivent pas être coupés
  • Le document doit être structuré et agréable à lire
  • Chaque source citée doit être répertoriée de façon précise dans un glossaire
  • Toutes les pages doivent être numérotées
  • Si le document comporte des annexes, celles-ci doivent être paginées différemment du contenu principal et répertoriées dans une table des annexes
  • Vous devez répertorier tous les graphiques ou illustrations
  • Votre bibliographie doit être précise et ordonnée
  • Etc.

 

Malgré ces quelques explications,
vous avez besoin d’aide pour la rédaction
ou la correction de votre mémoire,
n’hésitez pas à contacter votre écrivain public !

Crédit photo : © Fotolia.com
 

 


%d blogueurs aiment cette page :