Critique littéraire : Putain de demi-siècle  7

Critique littéraire :

Putain de demi-siècle

Thierry Camin

Titre d’origine : Putain de demi-siècle
Auteur : Thierry Camin
Date de parution : 15 octobre 2010
Nombre de pages : 116 (format ebook)
Édition : Persée

Quatrième de couverture :

Santé, Amour et Argent, une conjonction qui fait rêver et espérer. Mais le vécu me l’a conjugué différemment par souffrance, trahison et faillite. Pour la plupart du commun des mortels, les trois premiers mots ont une signification forte. Et d’ailleurs, il y a plusieurs combinaisons possibles, cela reste mathématique et disons que probablement et statistiquement (bien qu’aucuns chiffres ne viennent corroborer ces dires !), je m’autorise à penser aisément que l’on peut en associer au moins deux dans une grande majorité des cas. Pour le côté positif de la chose. Mais ici, il n’en sera pas de même !

Alors sans complexes je vais vous conter mon expérience. D’où ce titre assez évocateur et l’envie irrésistible de ponctuer par l’écriture ce premier chapitre plutôt épique de mes cinquante ans…

Signé : un être humain qui garde un sens à la vie !

Y a-t-il une suite ? Peut-être

Ma chronique :

Voici que pour la première fois je m’essaye à tester la lecture d’un Ebook via mon tout nouvel Ipad apporté il y a peu par le grand barbu de Noël. Ne sachant que choisir, je flâne sur des sites de lecture quand soudain un titre attire mon œil ! « Putain de demi-siècle !» Plutôt étrange l’introduction de ce mot vulgaire sur la couverture de ce qui m’a tout l’air d’un premier roman. C’est donc intriguée par ce titre qui sonne comme une interjection que je lis le résumé sur le site de l’éditeur. Il s’agit d’une autobiographie des clinquantes premières années de vie de l’auteur : Thierry Camin. Je tiens à signaler que je n’aime d’ordinaire que très peu ce style, surtout depuis ma rencontre imposée en terminale avec Les confessions de Jean-Jacques Rousseau, mais ceci est une autre histoire ! Bref, après avoir quelque peu lutté avec ITunes et le matériel technologique, décidément pas si pratique, me voilà enfin prête pour ma première expérience de lecture « virtuelle », confortablement installée dans mon canapé.

Après une brève introduction dont une bonne partie est reprise dans le résumé précédemment lu, on plonge littéralement dans la vie de l’auteur. On y découvre un jeune garçon trépident et aimant la vie. Malheureusement dès son plus jeune âge Thierry vit avec une mal formation du genou qui l’empêche de mener une vie normale de petit garçon sportif. Il se voit donc empêcher de vivre son rêve (L’auteur ne cessera de nous rappeler par la suite l’incompétence de son thérapeute !). On en apprend pas beaucoup sur l’enfance de Thierry on sait juste que l’école n’est pas une priorité et qu’il décide sous le « piston » de sa mère d’aller travailler dès ses 14 ans. Après plusieurs emplois successifs qui dévoilent son inimitié avec les métiers manuels, Thierry va finalement devenir fonctionnaire et nous n’en saurons pas bien d’avantage. La suite de l’ouvrage s’emploie à décrire les mésaventures amoureuses, les difficultés financières et les plusieurs épisodes dépressifs de l’auteur. Il est difficile d’entrer plus loin dans les détails sans réellement dévoiler le contenu du recueil. Je vous laisserai donc découvrir l’intimité de Thierry par vous-même.

Ce que je peux vous dire c’est que ce livre est pour le moins atypique et déroutant ! L’auteur ponctue les phases de sa vie par des poèmes qu’il a écrit lui-même sous le coup des émotions du moment raconté. Cette alternance entre poésie et prose ordinaire est allégrement bien menée. Si la prose traduit le fait, le poème sublime l’émotion ressentie. On pénètre alors réellement dans l’intimité des sentiments. La construction systémique de l’ouvrage est une réelle réussite bien que très déroutante pour le néophyte.

Par un style fluide et pétillant, Thierry nous raconte sa vie, ses amours mais également ses erreurs et son passé dépressif. Il semble que l’écriture évolue avec la lecture et l’avancée dans le temps de l’ouvrage. En effet, au début l’on croit lire le journal intime d’un adolescent ponctuant ses phrases d’interjections comme : mdr  ou lol ! Plusieurs fois le lecteur est pris à témoin des idées de l’auteur comme s’il en cherchait l’approbation ce qui a l’avantage de rendre le récit beaucoup plus vivant. Au fur et à mesure l’écriture murie, les tournures sont plus complexes sans pourtant devenir ardues. Effet voulu par l’auteur où juste coïncidence de l’évolution d’un auteur au fil de son écriture, j’aime à penser que Thierry nous a volontairement laissé une trace de son cheminement littéraire.

Les poèmes, bien que réellement travaillés et construits, sont quant à eux parfois un peu décevants. Personnellement je vois la poésie comme une évasion, comme un moment suspendu dans l’air ou l’emploi des mots souvent précieux ou oubliés embellissent la rêverie ! Ici les poèmes sont « terre à terre » avec des mots du quotidien et parfois tombant « comme un cheveu sur la soupe ».  Comme si l’auteur s’empêchait de quitter la réalité. Difficile d’expliquer ce ressenti sans exemple mais se serait faire infidélité à l’auteur que d’en dévoiler un seul. Ce qui est séduisant en revanche c’est leurs diversités, ils touchent tous les sujets d’une vie bien remplie. Un m’a particulièrement enchanté par son humour et sa drôlerie réellement  perspicace. Enfin, certains textes ont été écrits sur inspirations musicales. Sans réelle saveur, couchées là sur le papier, j’ai fait l’expérience de les relire sur les musiques indiquées et quelle merveilleuse découverte. Les mots sonnent en accord parfait avec les émotions musicales nous entraînant alors dans l’univers un peu fou de son auteur ! Un vrai travail d’orfèvre.

Par cette succession de récits, de poèmes et de sensations musicales, ce n’est plus un livre que Thierry nous propose, mais une vraie expérience audio-visuelle, un déroutant son et lumière jaillissant comme un feu d’artifice littéraire sous les yeux d’un lecteur surpris.

En conclusion, il n’est jamais évident de se jeter dans les profondeurs de son être sans pour autant devenir pathétique ou condescendant. L’auteur réussi ce tour de force de nous ouvrir son âme avec pudeur, sincérité et sans mièvrerie. Il assume ses erreurs sans se plaindre et décrit ses joies avec grande humilité. O.V.N.I. littéraire et déroutante sensation livresque, je le conseille aux amoureux des autobiographies ou à tous ceux qui souhaiteraient se réconcilier avec ce genre, ici, magnifiquement dépoussiéré !

7 Comments

Je dois avouer être séduite par votre billet. C’est vraiment peu souvent que je fasse la découverte d’ un site web qui soit en même temps pédagogique et agréable, et permettez moi de vous dire, que vous voyez juste dans votre raisonnement et vous offrez un bon eclairage sur ce sujet. Je suis très heureuse d’être tombée sur votre blog suite à ma démarche à ce sujet.


%d blogueurs aiment cette page :